"Par exemple pour les CADA, les interventions des interprètes sont  sollicitées à des moments clefs du parcours du demandeur d’asile. Il s’agit d’une part  de la préparation des demandes à l’OFPRA et plus particulièrement du récit de vie et de l’entretien que le demandeur aura avec les agents de l’OFPRA, et d’autre part pour les demandeurs d’asile déboutés, la préparation du recours devant la commission de recours. Lors de ces étapes une connaissance fine des situations permet aux agents d’accueil de mieux présenter les demandes et donc d’avoir plus de chance de succès. Nos interprètes sont aussi sollicités  pour organiser le vivre ensemble dans les CADA, prévenir les heurts et organiser une médiation pour résoudre les litiges. A.

"Trois ans plus tard, après avoir appris le français, j’ai décidé d’utiliser mes connaissances de dialectes guinéens : j’en connais 5 - le peulh, le soussou, le malinké, le wolof, le bambara. Je ne les maîtrise pas tous, pour la simple raison qu’il y en a 36 . J’ai pris un engagement de m’investir pour le pays qui m’a tout donné. Je suis entré à l’ISM Med en 2011 et aujourd’hui j’interviens dans différentes structures accueillant des femmes avec les mêmes problématiques que celles qui m’ont emmené en France : excision, maltraitances, violences, mariages forcés : IMAJE SANTE, MNA, ADDAP 13, DIMEF." D.